Question couteau de camps et question couteau suisse

Couteaux et coutellerie pour le bushcraft.
Avatar du membre
Pierre
Mog-Ur
Messages : 5298
Enregistré le : lun. 20 oct. 2008 20:26

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Pierre » mar. 30 janv. 2018 08:07

Alors, en fait en cherchant "acier MOVA 58" on trouve un peu plus de renseignements, c'est un acier "molybdène-vanadium", c'est à dire à peu près le même acier que les couteaux Muela.

Donc un acier de milieu de gamme, ça coupe bien , c'est facile à affuter et le tranchant ne tient pas très longtemps. mais ça fait des couteaux très convenables.
Si tu as peur, ne le fais pas; si tu le fais, n'aie pas peur. (prov. Mongol)

Blizzard

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Blizzard » mar. 30 janv. 2018 12:18

Attention aux étuis cuir sur les aciers qui rouillent, en effet les agents tannants oxydent les lames non protégées (huile, graisse). Si ces étuis sont silencieux, en général ils retiennent mal les couteaux qui y sont introduits, surtout quand la fermeture de l'attache de maintien est capricieuse ou peu fiable. Pour le bushcraft, il n'est pas utile de devoir dégainer en urgence, les étuis de type scandinave ou ceux fermés par un rabat sont plus sûrs.
Étui fermant couteau 1.jpg
Étui grand couteau 1.jpg
Durer longtemps ne veut pas dire pour l'éternité. Si l'affûtage définitif est attendu avec impatience ; pour l'instant, il reste une vision de l'esprit et un espoir vain. Outre les propriétés de l'acier de la la lame, la durée d'un tranchant dépend de la dureté des matériaux coupés et pendant combien de temps : évidence que trop occultent. Pour une sortie de deux à trois jours, un tranchant durable est apprécié ; au-delà, il est préférable de réaffûter plus souvent et facilement que quand on revient souvent à la maison où on a le temps et un matériel plus complet. Aujourd'hui qui sait raviver un fil avec une autre lame ou une quelconque tige d'acier ?

Dans la nature, il faut être capable de maintenir son matériel en état, en toutes circonstances. C'est pourquoi, avoir des objets au pinacle de la technique et de la technologie ne sert à rien si on ne peut les maîtriser. Compter sur ses équipements fait toute la différence en cas de situation précaire. Celui qui ne sait pas s'éclairer à la lumière du feu, sera désemparé quand les piles de sa lampes électrique seront déchargées. Si de surcroît, il ne peut réaffuter son couteau sans se prendre la tête, il a intérêt à attendre la canicule pour étaler du beurre sur le pain qu'il aura rompu, ne pouvant faire autrement.

landolee
Ceinture blanche en BJ
Ceinture blanche en BJ
Messages : 7
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 13:45

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par landolee » mar. 30 janv. 2018 14:46

Pierre a écrit :
mar. 30 janv. 2018 08:07
Alors, en fait en cherchant "acier MOVA 58" on trouve un peu plus de renseignements, c'est un acier "molybdène-vanadium", c'est à dire à peu près le même acier que les couteaux Muela.

Donc un acier de milieu de gamme, ça coupe bien , c'est facile à affuter et le tranchant ne tient pas très longtemps. mais ça fait des couteaux très convenables.
merci beaucoup pour ton aide :)

landolee
Ceinture blanche en BJ
Ceinture blanche en BJ
Messages : 7
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 13:45

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par landolee » mar. 30 janv. 2018 14:47

Blizzard a écrit :
mar. 30 janv. 2018 12:18
Attention aux étuis cuir sur les aciers qui rouillent, en effet les agents tannants oxydent les lames non protégées (huile, graisse). Si ces étuis sont silencieux, en général ils retiennent mal les couteaux qui y sont introduits, surtout quand la fermeture de l'attache de maintien est capricieuse ou peu fiable. Pour le bushcraft, il n'est pas utile de devoir dégainer en urgence, les étuis de type scandinave ou ceux fermés par un rabat sont plus sûrs.

Étui fermant couteau 1.jpg


Étui grand couteau 1.jpg

Durer longtemps ne veut pas dire pour l'éternité. Si l'affûtage définitif est attendu avec impatience ; pour l'instant, il reste une vision de l'esprit et un espoir vain. Outre les propriétés de l'acier de la la lame, la durée d'un tranchant dépend de la dureté des matériaux coupés et pendant combien de temps : évidence que trop occultent. Pour une sortie de deux à trois jours, un tranchant durable est apprécié ; au-delà, il est préférable de réaffûter plus souvent et facilement que quand on revient souvent à la maison où on a le temps et un matériel plus complet. Aujourd'hui qui sait raviver un fil avec une autre lame ou une quelconque tige d'acier ?

Dans la nature, il faut être capable de maintenir son matériel en état, en toutes circonstances. C'est pourquoi, avoir des objets au pinacle de la technique et de la technologie ne sert à rien si on ne peut les maîtriser. Compter sur ses équipements fait toute la différence en cas de situation précaire. Celui qui ne sait pas s'éclairer à la lumière du feu, sera désemparé quand les piles de sa lampes électrique seront déchargées. Si de surcroît, il ne peut réaffuter son couteau sans se prendre la tête, il a intérêt à attendre la canicule pour étaler du beurre sur le pain qu'il aura rompu, ne pouvant faire autrement.
merci beaucoup :)

bpc
Ceinture blanche en BJ
Ceinture blanche en BJ
Messages : 692
Enregistré le : lun. 20 oct. 2008 20:18

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par bpc » ven. 2 févr. 2018 13:30

Pierre a écrit :
jeu. 26 oct. 2017 08:04
l'assertion sur la qualité américaine va nous faire sortir BPC de son hibernation....:lmao:

c'est à dire que les trouve surtout incroyablement bon pour faire des trucs qui font envie!

Avatar du membre
Pierre
Mog-Ur
Messages : 5298
Enregistré le : lun. 20 oct. 2008 20:26

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Pierre » ven. 2 févr. 2018 14:34

Oh oui, je me souviens quand j'étais gamin, j'avais un opinel mais le couteau qui me faisait envie, et pas qu'un peu, c'était le Buck 110, à l'époque, ça coutait 500 francs dont je n'avais pas le premier centime..................

30 ans plus tard, je m'en suis payé un à l'occasion d'une promo, je l'ai payé 40 euros.

C'est un couteau très lourd, trop lourd, mais bien fait. Si à l'époque c'était le nec plus ultra aujourd'hui c'est nettement dépassé.

Maintenant ce sont les puukkos qui me font envie............... :lmao:
Si tu as peur, ne le fais pas; si tu le fais, n'aie pas peur. (prov. Mongol)

Blizzard

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Blizzard » ven. 2 févr. 2018 15:35

Les couteaux séduisent davantage par leur aspect que par leurs efficacité polyvalente et les usage réels que l'on en a. On aime qu'ils piquent les yeux, les siens et ceux des autres. Les moches ne plaisent à pas grand monde. Chacun se paye, quand il le peut, des substituts aux décorations qui ne lui sont pas décernées. La coutellerie de qualité se vaut partout dans le monde et ce n'est pas forcément la plus chères la meilleure.
Trop oublient que celle des États-Unis est d'inspiration européenne. Ils ont aussi perdu de vue que leurs besoins étaient plus importants que les nôtres, au moment où nous, nous n'avions plus de grands espaces sauvages à conquérir. Notre engouement pour la vie dans la nature fut déclenché par les congés payés, au milieu des années 1930.
Si l'européenne, à part la domestique, devint de plus en plus confidentielle, c'est parce qu'il n'y avait plus de nécessités, sauf pour les ruraux qui se safisfesaisaient d'un pliant mono-lame. À par pour les chasseurs de grands gibiers, les couteaux de grande taille devenaient plus rares.
Quant aux aciers, l'Europe n'a jamais eu à en rougir. Il y avaient une tradition métallurgique millénaire de qualité tant que les armes blanches étaient l'essentiel des armées. Il y a cinquante ans, on ne voyait que par les aciers suédois, plus largement distribués, alors qu'en France, on en faisait d'aussi bons, voire meilleurs, mais plus confidentiels. Ceux de Sheffield (Wilkinson*) en Grande-Bretagne, d'Essen (Krupp*), de Solingen en Allemagne étaient réputés, tant en qualité mais en pacotille (production de masse pour l'export vers l'outre-mer).
Depuis au moins le Moye-Âge, on sait faire des aciers aux qualités tranchantes, de souplesse et de dureté exceptionnelles, sans savoir les mesurer pendant des siècles.
* Entre autres.
Modifié en dernier par Blizzard le jeu. 1 mars 2018 12:22, modifié 1 fois.

jp dolt
Ceinture blanche en BJ
Ceinture blanche en BJ
Messages : 1
Enregistré le : mar. 27 févr. 2018 23:10

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par jp dolt » mar. 27 févr. 2018 23:18

Bonjour

Je reviens sur un post ancien

Il me semble que votre couteau de poche n'est pas un couteau suisse mais plutôt un couteau de poche allemand .
Marquage à voir et lame accessoires aussi.

J'ai un article qui y ressemble et que je sais d'origine allemande.

Bien à vous

Blizzard

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Blizzard » mer. 28 févr. 2018 12:03

De quel couteau parles-tu et de qui ?

Les industriels et quelques artisans du couteaux, qu'ils soient allemands, espagnols, états-uniens, français, japonais, etc., se copient les uns les autres. Il faut satisfaire une clientèle qu a ses habitudes ou qui suit plus ou moins la mode selon formes, coloris et matériaux de l'objet. C'est la standardisation de tous ou presque. Toutes les voitures, dans une gamme donnée, ont la même silhouette à quelques détails près. Si des marques prestigieuses firent la bonne réputation de leurs produits, la qualité baisse parfois. Il ne faut pas se reposer sur les on-dit, surtout quand d'autres, moins connus ou quasi anonymes ,font aussi bien, voire mieux, et moins cher.

Le terme « couteau suisse » est impropre, il désigne un couteau multi-pièces, cela vient peut-être de ce que les Suisses l'inventèrent ? J'en doute les bonnes idées voient souvent le jour simultanément, en plusieurs endroits. Il est possible que l'appellation vient du couteau de l'armée suisse ; première nation à doter ses soldats d'un couteau utilitaire, individuel, réglementaire. Ce nom leur est peut-être aussi donné pour les différencier des « multi-tools ». Pourtant, des modèles de ces derniers, plus basiques, étaient déjà proposés par la Manufrance dans les années 1950 (selon mes souvenirs), voire bien avant. Il est fort probable que les tout premiers furent pourvus d'une seconde lame plus petite destinée à tailler les plumes d'oie, avant l'invention de leurs héritières en acier. Puis à mesure des inventions furent ajoutés : mèche de tire-bouchon, ouvre-boîte, décapsuleurs, scie, crochet à viscère, etc.

Avatar du membre
Papa jeb
Ceinture noire en coutellerie
Ceinture noire en coutellerie
Messages : 1205
Enregistré le : mer. 3 déc. 2008 16:34
Localisation : Brie Comte Robert IDF

Re: Question couteau de camps et question couteau suisse

Message par Papa jeb » sam. 3 mars 2018 22:08

Prend un CIMA c'est un clone du ESEE 4 en aussi solide pour une trentaine d'euros voir moins :

Image

Répondre

Retourner vers « Couteaux »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité