[TECHNIQUE] Couper les pyrobarres en deux

Astuces et tours de main.
Répondre
Avatar du membre
Taky
Écrivain
Messages : 1290
Enregistré le : lun. 20 oct. 2008 20:36

[TECHNIQUE] Couper les pyrobarres en deux

Message par Taky »

Un des premiers articles de OM qui me firent changer mon matériel, fut un de Jimbo a propos des pyrobarres. Il décrivait, et essayait tout les systèmes et tailles d'allumeurs a étincelles du marche pour en tirer ses conclusions.

Un des point très intéressants c'est que tout les pyrobarres sont propices a la casse car elles sont trop longues pour de diamètre normal, mais une demi pyrobarre ne se casse que très difficilement. J'ai pas teste personnellement, mais j'ai beaucoup de respect pour Jimbo et je lui fais confiance.

Les modelés fins (scout) sont trop fins pour un usage prolonge, et les Everest (les plus grands) énormes en poids... le modèle "army" au milieu promet un maximum de feux sans en arriver aux deux autres extrêmes.

Donc de tout l'article ressortait entre autres, que le plus avantageux au niveaux poids/feus/solidité était une demi "army" pyrobarre.

Sans manche c'est pas forcement pratique a s'en servir, mais les colles tiennent très mal sur l'alliage dont sont fait ces barres. Dans les modèles classiques, le manche reçoit un trou on s'insère la pyrobarre, ce qui nous laisse avec un tiers de la barre inutile bien que tout autant pesante., et je voulais trouver mieux.
Avant un voyage de rafting au laos je m'en fis un d'un système de montage bien diffèrent, et qui ensuite fit 5 mois de trekking minimalise dans les himalayas. Tout mes feux, souvent deux ou trois dans la journée furent allumés avec cette demi pyrobarre, et a ce jour elle est très peu usée. Le manche a tenu, et je pense qu'il tiendra...

Avec la pyrobarre je traîne un bout de bois gras des Himalayas. Il contient plus de résine que celui que je ramasse dans les Landes, et prend les étincelles bien mieux, tout en brûlant plus long temps. J'en ai ramenée un peut que je garde précieusement!

Ce petit ensemble est fixe a l'intérieur de me poche et ne me quitte jamais l'ors de mes sorties et voyages. Si les séjours sont prolonges j'en porte une deuxième plus petite (demi scout) dans mon sac.

C'est en fait très semblable au allumeurs au magnésium, tant en concept comme en fonctionnement... mais dans ce cas la pyrobarre est bien plus polyvalente sans les risques de casses ou de décollage qui son courants dans ceux aux magnésium, et le bois gras a part sa polyvalence et un plus long temps de combustion est remplaçable, sans les problèmes d'électrolyse qui comblent le magnésium.

En usage il suffit de gratter (pas couper) des copeaux très fins en tenant le fil de couteau a 90º, et ensuite y déposer une étincelle en utilisant la technique du pouce sur la pointe de la pyrobarre.

Apres des années de recherches et essais, je considère cet ensemble comme le plus fiable et pratique des systèmes pour allumer des feux au cours de mes randonnées et voyages. Bien utilisé, j'estime sa durée de vie est énorme avec pus d'une année de feux quotidiens, et bien plus pour la pyrobarre (avec la technique de pointe, et en dépendant que la quantité de bois gras gratté). L'eau n'affecte pas l'ensemble, mais il faut maintenir la barre huileuse en la passant dans les cheveux pour éviter les mauvaises surprises (surtout si elle reste range dans une poche en cuir) due a la corrosion.

Image

Image

Image

Comme la pyrobare est plus courte il faut s'en servir avec une technique un peut différente, bien que plus efficace, que ce qui est normalement fait.

Dans la plus part des cas les individus frottent toute la pyrobare avec le dos du couteau ce qui provoque une belle gerbe de petites étincelles a courte vie.

Image

Mais on peut tirer une ou deux étincelles bien chaudes qui durent bien plus longtemps, et avec bien plus de précision en utilisant la pointe de la pyrobare et en pousant avec le pouce sur la pointe du couteau.

Image

On prépare notre amadou, ici le bois gras qui a été gratté en douceur (ne pas appuyer trop fort) des mini copeaux très fins en tenant le fil de couteau a 90º. Mais ça marche tout aussi bien avec de l'écorce effiloché, le coton de chardon et autres... quoi que ce soit, ce doit être bien sec et rendu très fin.

Image

et on y dépose une ou deux étincelles bien chaudes comme décrit plus haut. Sur la Pyrobarre on voit bien les trace de mon couteau sur 15mm: une première sans aucune force pour enlever la couche qui s'oxyde, et la deuxième de quoi allumer l'amadou. Une fois fini je rengraisse la pyrobarre avec un doigt qui a été frotté contre l'aile du nez (ou le cuir chevelu... comme pour mes couteaux carbone))

Image


la différence est très marque, car avec moins d'étincelles plus chaudes et plus précises on allumé plus facilement notre amadou, tout en usant bien moins notre pyrobarre. Des que je peux je fais un video sur l'allumage complet.
Si ça ne vous tue pas, ça ne vous rends que plus forts
Répondre

Retourner vers « Système D »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité