Petite initiation au couteau.

Discussions Techniques ...
Nihil cogito
Sanglier
Sanglier
Messages : 313
Enregistré le : ven. 7 sept. 2018 14:16

Petite initiation au couteau.

Message par Nihil cogito »

PETITE INITIATION AU COUTEAU

Couteau nomencl..jpg
Couteau nomencl. 2.jpg
Couteau usages.jpg
Couteau usages 2.jpg
LE COUTEAU
CHOIX
Le cinéma a créer des mythes : Jim BOWIE et plus récemment RAMBO, ces personnages sont encombrés d’un couteau surdimensionné et surtout très lourd, peu pratique pour un usage normal. Les gros modèles ont leur raison d’être pour les aventuriers et dans certaines régions où ils servent plus d’outil de campement que d’arme. L’usage quotidien que l’on en fait doit inciter à un peu plus de réalisme. En effet, personne n’a jamais vu un chirurgien opérer au sabre de cavalerie ni un hussard charger au bistouri. Donc, il faut en choisir un dont les dimensions et le poids correspondent davantage à ses besoins. Celui que l’on utilise en plein air sert évidemment à couper une foule de choses, cependant il doit correspondre, le plus possible, aux usages que l’on en fera. Certains sont très spécialisés, couteau à légumes ou à fruits, couteau à huîtres, etc. Ceux-là ne nous intéressent pas ici.
La bonne longueur de lame se situe entre cinq et dix centimètres. Cinq est un peu juste. Pourtant, l’auteur a toujours sur lui un petit couteau pliant doté d’une telle lame, il lui rend des services inestimables.

Quelle forme de lame choisir ?
Sur le tableau des formes de lames, les deux premières ont plus leur place dans la poche d’un voyou, car elles sont conçues davantage pour percer que pour couper, de plus leur pointe est très fragile. Les trois suivantes sont des formes plus fonctionnelles que l’on rencontre du couteau de cuisine jusqu’au couteau savoyard. Le plus connu est l’Opinel®, d'ailleurs la forme de sa lame est une synthèse des trois. La forme dite : yatagan, est réservée aux couteaux auvergnats dont le plus célèbre est le Laguiole®.
ATTENTION ! sa pointe est assez fragile. La forme de sa lame rappelle peut être celle du sabre turc, en réalité, cela ne correspond à rien dans l’histoire de la coutellerie. Au musée des Antiquités Nationales de Saint Germain en Laye, on peut voir que ce profil est connu depuis l’âge de bronze. La dernière lame présentée, dite en pied-de-mouton, que certains préconisent, a les inconvénients illustrés par la figure ; par contre, son tranchant droit est très apprécié des marins.

Quelle largeur de lame ?
Une lame en dessous de quinze millimètres de large est peu pratique et manque de souplesse, car son manque de largeur sera compensé par une épaisseur plus importante afin de lui conserver une certaine rigidité. Le couteau sert aussi à tartiner, une lame plus large facilite cette opération.

MATÉRIAUX
LA LAME
De nos jours, on utilise deux types d’aciers pour la fabrication des lames de couteaux.

1. Les aciers au carbone.
Employés depuis l’âge de fer, ils ont des qualités tranchantes incomparables. Ils demandent un entretien soigneux, car ils sont très sensibles à la corrosion. Leur affûtage est facile.

Il y a une quarantaine d’années l’auteur possédait un petit Opinel® qu’il affûtait très finement sur la pierre d’un lavoir ou sur le fond d’une cruche en grès, d’ailleurs n’importe quelle pierre dure faisait l’affaire.

2. Les aciers inoxydables.
Ils sont beaucoup plus durs que ceux au carbone. Obtenir une qualité de coupe équivalente demande un savoir faire certain. Ces aciers, ont l’avantage de ne nécessiter pratiquement pas d’entretien et leur tranchant dure plus longtemps.
ATTENTION ! Dans certaines conditions, stockage en milieux humides ou marins, ils peuvent aussi se corroder.

LE MANCHE
Pour la fabrication des manches on utilise toutes sortes de matériaux, des plus ordinaires aux plus luxueux. Le bois, utilisé depuis le Paléolithique, reste encore le plus avantageux et le plus économique, sauf bien sûr quand il est précieux.

QUALITÉS DU COUTEAU :
— solide ;
— léger (il s'oublie au fond de la poche) ;
— bon marché. Il est préférable de perdre un couteau valant quelques dizaines de francs, que quelques centaines, voire quelques milliers ;
— facile à entretenir.

Celui qui rempli le plus ces conditions est : ce bon vieil Opinel® (ou équivalent).

UTILISATIONS CORRECTES
Son utilisation est tellement familière qu’il n’est pas indispensable de trop s’y étendre. Il faut cependant veiller à respecter des règles élémentaires de sécurité.

SÉCURITÉ
Toujours bloquer la lame en position ouverte au moyen de la virole. Sinon, la lame peut se refermer sur les doigts.
Toujours travailler en éloignant de son corps, le tranchant et la pointe.
Il ne doit y avoir personne devant la lame.
Les déplacements, même sur courte distance, se font avec le couteau fermé.
Ne jamais lancer son couteau pour le planter dans un arbre ou jouer à la carotte (pichenette) : l’arbre est vivant ; le couteau peut se perdre ou se casser ; on peut se blesser ou blesser quelqu’un. (Cf. La hachette, le commentaire sur les Sioux).

CE QUE LE COUTEAU N’EST PAS :
— un tourne-vis ;
— un ouvre-boite ;
— une pelle ou une pioche.

ENTRETIEN
Ne jamais chauffer la lame du couteau elle se détremperait et perdrait toutes ses qualités.
Le logement de la lame dans le manche est régulièrement nettoyé avec une curette en bois.

HUILAGE
Mettre de temps à autre une goutte d’huile dans la virole et sur le pivot de la lame.

AFFÛTAGE
Quelque soit la forme de l’émouture, l’angle du tranchant formé par les côtés de la lame fait environ 20 °. Sur chaque face, on veillera à maintenir la pierre sous un angle de 10 ° pendant l’affûtage. Un angle trop fermé fragilise le tranchant.

TRANSPORT
Dans les poches s’accumulent des débris divers, quand le couteau y est transporté, ils viendront encrasser le logement de la lame même fermée, cet inconvénient est évité par le port dans un étui. On peu l’acheter ou le fabriquer.
Couteau étuis..jpg
Couteau bélière..jpg
COUTEAUX MULTI-PIÈCES
Ils sont très pratiques, mais plus il y a de pièces, plus elles sont petites et moins elles sont efficaces. Des pièces trop petites ne remplissent que très rarement les fonctions pour lesquelles elles ont été conçues ; sauf, si on veut traîner un couteau de plusieurs kilos.

Pour les installations le couteau sert surtout à tailler les chevilles et quelques longueurs de ficelle ou de cordage.
Modifié en dernier par Anonymous le mar. 21 mars 2017 15:53, modifié 5 fois.
Avatar du membre
marco gyver
Ceinture verte en BJ
Ceinture verte en BJ
Messages : 4244
Enregistré le : dim. 11 janv. 2009 21:16
Localisation : finistére
Contact :

Re: Petite initiation au couteau.

Message par marco gyver »

l'environnement ce n'est pas un gros problème, c'est 8 milliards de petits problèmes
:marco:
c'est parce-que la vitesse de la lumière est supérieur à celle du son que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air con
Blizzard

Re: Petite initiation au couteau.

Message par Blizzard »

Tu as 2 Mp Marco.
Avatar du membre
marco gyver
Ceinture verte en BJ
Ceinture verte en BJ
Messages : 4244
Enregistré le : dim. 11 janv. 2009 21:16
Localisation : finistére
Contact :

Re: Petite initiation au couteau.

Message par marco gyver »

non....un seul...... :nana:
l'environnement ce n'est pas un gros problème, c'est 8 milliards de petits problèmes
:marco:
c'est parce-que la vitesse de la lumière est supérieur à celle du son que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air con
moniot van moeren

Re: Petite initiation au couteau.

Message par moniot van moeren »

Blizzard a écrit :Image
Ça, c'est la théorie bibliophile, mais pas le travail du couteau en sécurité sur le terrain. En VRAI, tu es un genou à terre, ton couteau est bloqué dos sous la rotule de l'autre genou et tu tires ton morceau de bois vers toi ; tu travailles à la fois en sécurité, tu es plus précis, ta force est multipliée. :moniot:

:moniot:
10000
Écureuil (0-5)
Écureuil (0-5)
Messages : 6977
Enregistré le : lun. 5 oct. 2009 12:51

Re: Petite initiation au couteau.

Message par 10000 »

Tout dépend de ce que l'on fait , l'essentiel étant de ne pas se couper.
"Après que le dernier arbre aura été coupé, après que la dernière rivière aura été empoisonnée, après que le dernier poisson aura été attrapé, alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."
Blizzard

Re: Petite initiation au couteau.

Message par Blizzard »

Un dessin ! un dessin ! des photos ! des photos ! STP.

Ce n'est pas faux que je sache, si ?
moniot van moeren

Re: Petite initiation au couteau.

Message par moniot van moeren »

Je vais voir pour me tirer le portrait... au boulot !
:moniot:
moniot van moeren

Re: Petite initiation au couteau.

Message par moniot van moeren »

Blizzard a écrit :Un dessin ! un dessin ! des photos ! des photos ! STP.
PETITE VIDEO
Blizzard a écrit :Ce n'est pas faux que je sache, si ?
Ce n'est pas faux, mais je propose ça :beer:

:moniot:
10000
Écureuil (0-5)
Écureuil (0-5)
Messages : 6977
Enregistré le : lun. 5 oct. 2009 12:51

Re: Petite initiation au couteau.

Message par 10000 »

Pourquoi "3 minutes sans oxygène"? Tu le fais en apnée ou quoi?... :ahah:
"Après que le dernier arbre aura été coupé, après que la dernière rivière aura été empoisonnée, après que le dernier poisson aura été attrapé, alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."
Répondre

Retourner vers « Techniques d'Utilisateurs »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités